Traumatismes cérébraux par suite d’accidents

Trop souvent, par suite d’un accident —  voiture, moto, motoneige, VTT, chute ou coup à la tête, nous entendons parler de personnes souffrant d’une atteinte cérébrale.

Selon la nature de l’accident, qui peut parfois faire clairement comprendre qu’il s’agit d’un traumatisme cérébral, il peut y avoir une déficience de la conscience qui peut être de l’ordre d’une confusion bénigne jusqu’à un coma et à des fractures au crâne ou au visage. La personne peut avoir subi des hémorragies cérébrales nécessitant une intervention chirurgicale ou manifester d’autres signes neurologiques de blessure grave.

Dans de nombreux autres accidents, seuls les symptômes que présente la personne permettent de déterminer s’il y a traumatisme cérébral. Bien souvent, les symptômes d’une lésion cérébrale acquise peuvent être subtils et ne sont pas vraiment évidents. Les lésions cérébrales diffèrent d’un traumatisme physique en ce que les médecins traitants ne peuvent qu’attendre un signe valable avant de déterminer l’étendue de la lésion cérébrale acquise ou s’il y en a une en fait.

Selon la gravité du traumatisme cérébral, on peut constater une déficience légère, modérée ou sévère de l’état cognitif, physique et émotionnel de la personne blessée de même que de ses capacitiés de fonctionnement social. Son équilibre, sa coordination, sa motricité fine, sa force et son endurance sont peut-être aussi atteints.

Selon la gravité de la lésion cérébrale acquise, beaucoup des domaines de sa vie, pour ne pas dire tous, peuvent être affectés. Son mode de vie pourrait également devoir changer. Beaucoup de physiothérapie, d’ergothérapie et de services de counseling seront probablement nécessaires. Par ailleurs, il faudra peut-être modifier le milieu domestique or faire appel aux services de préposé aux soins et d’assistance. Qu’en est-il de l’accès en temps opportun à des prestations ? Du remplacement du revenu à l’entretien ménager, en passant par l’invalidité, ces prestations deviennent très importantes et devront être coordonnés lorsqu’une police en prévoit plus qu’une.

La prise en charge d’une lésion cérébrale traumatique n’est pas seulement difficile pour la victime; elle l’est aussi, et de beaucoup, pour les conjoints, les partenaires, les frères et les sœurs appelés, tout comme la personne blessée, à savoir s’y prendre face aux suites d’un accident.

Nous estimons qu’il est important pour vous de communiquer avec un avocat spécialiste des préjudices corporels afin de vous renseigner sur les possibilités d’assistance et de vous en assurer l’accès. Tel est notre objectif parce que nous voulons aider la personne blessée et sa famille à se prévaloir des prestations disponibles, afin qu’elles puissent se consacrer à la récupération et à la guérison.

Les avocats chez Nelligan O’Brien Payne s.r.l., spécialistes des préjudices corporels, possèdent en la matière une vaste expérience des mandats de représentation de personnes victimes d’un traumatisme cérébral acquis, ainsi que de leur famille. Nous examinerons tous les aspects de la vie d’une personne blessée et explorerons toutes les voies de recours pour lui assurer, suite à sa blessure, le soutien et les indemnités comme il se doit.

Une réunion de consultation avec l’un de nos avocats n’est assortie d’aucuns frais ni obligation. Vous en sortirez conscient de vos droits et éclairé quant aux prochaines étapes à envisager et aux décisions à prendre.

N’hésitez donc pas à nous appeler au 613-238-8080 ou, sans frais, au 1-888-565-9912 et demandez John Lundrigan, chef de notre groupe Préjudices corporels. Vous pouvez aussi cliquer ici pour nous envoyer un courriel.

Notre groupe d’avocats spécialistes des préjudices corporels proposent des services dans tout l’Ontario et les deux langues officielles.